Résistance poétique, joie secrète, danser

Un soir de septembre, je passe par hasard devant un cinéma près de Beaubourg. Un film en avant-première débutait juste : Une joie secrète . Séduite par le titre, j’entre sans savoir ce qui m’attendait.
Le film montre le petit combat politique quotidien d’une femme, danseuse et chorégraphe, qui après les attentats de Charlie Hebdo hiver 2015, s’est demandé comment résister à sa manière. Que faire, comment vivre ?  Alors elle a choisi de danser une minute par jour, et de filmer cette minute de danse. « Un acte de résistance poétique » comme elle dit. 

Agir poétiquement

Alors elle danse dans des lieux divers, publics ou privés, avec des inconnus ou des amis.
Elle danse la situation, l’atmosphère d’un lieu, dans l’humeur du moment.  Danser pour un peu de poésie chaque jour, sans exception, gagner du terrain contre une forme de chape plombante et invisible qui se répand.
Une danse libre, avec sa sensibilité elle relate d’un geste, par le corps en mouvement, l’atmosphère d’un moment. Danser et ainsi entrer en résonance avec les lieux, les gens, montrer l’invisible, danser l’espace entre les choses, être dansé par l’instant qui traverse notre vie.

Alors des liens se tissent avec la situation, les gens présents prennent part à la danse et se révèlent dans le mouvement improvisé. 
De la création en direct, à chaque fois imprévisible. Comme la vie. Hymne à la poésie. Chaque jour saisir le mouvement, exprimer sa touche, trouver manière de manifester la vie. Petit acte répété, résistance poétique. « Il y a un vrai rapport entre son approche de la danse et « l’hypnose écologique » proposé par François Roustang.  »

Tisser des liens

Puis à la fin du film, surprise : cette danseuse chorégraphe et le réalisateur du film sont arrivés, pour un moment partagé avec les gens dans la salle.
Quelqu’un demande : « Avez-vous fait votre minute de danse aujourd’hui, sinon on pourrait la faire ensemble ?
Donc elle répond : « Oui, je l’ai faite, dans un champ de patates à l’aube, dans le nord de la France. Mais on peut la faire à nouveau ensemble ».
Alors ceux qui voulaient se sont levés pour danser une minute ensemble,
 » joie secrète » … ouverte et partagée.  

Un peu de poésie dans la vie chaque jour, c’est simple au fond, et chacun se réjouit quand c’est là. Oser, y aller, se lancer, Just do it !
Des sourires contaminaient les visages. Enfin autorisés à sortir du moule, à laisser respirer la vie.
Depuis 2015 sur le site www.uneminutededanseparjour.com, toutes les danses sont visibles, témoignages de l’atmosphère d’un jour, baromètre de l’état du lieu, de l’état du monde;

Et au générique de fin de chaque minute de danse filmée , ces deux citations, précieux rappels :
« Et que l’on estime perdue toute journée où l’on n’aura pas dansé une fois »  – Nietzsche
« Goutte à goutte l’eau finit par transpercer la pierre » – Proverbe chinois

Aujourd’hui, c’est la 1776ème minute de danse.  Merci Nadia Vadori-Gauthier pour cet élan inspirant. et donc libre à chacun de nous d’inventer sa manière de danser, pour laisser jaillir chaque jour, la poésie qui enchante le monde et le coeur des humains.

http://www.uneminutededanseparjour.com