Action juste, battement de cœur

La voie chevaleresque laisse place à l’action juste, et invite à se mettre au diapason de chaque situation. Elle nous rappelle à l’ordre dans un monde qui bien souvent incite à renoncer, à se conformer,  à se taire, à se fondre dans la masse, au risque de le devenir (à la masse).

Il est possible de vivre autrement, d’être chaque jour modestement héroïque, d’oser tracer sa voie, faire entendre sa voix, et sortir ainsi d’une forme d’anesthésie généralisée. Cesser de se conformer aux usages, auxquels bien souvent on se plie sans même savoir pourquoi ni d’où viennent ces usages. Cesser de vivre selon « ce qui se fait ». Car une autre voie existe, unique et singulière, où chacun peut trouver le ton juste, le mot juste, l’action juste, accordée à la singularité de chaque situation.

La vie quotidienne nous confronte de maintes manières à l’injustice, et la souffrance prend tant de visages.  Dans ces moments-là, si l’on y prête bien attention, on sent son cœur battre un peu plus fort, comme s’il voulait nous dire : « je ne peux pas laisser faire, pas laisser dire une chose pareille, pas rester indifférent. » Et c’est ce battement du cœur qui donne l’élan pour agir. C’est pour cela que courage vient de cœur.

Et dans ce battement de cœur surgit aussi la peur. A chaque fois, il est possible de la surmonter ou bien d’y céder. A chaque instant.

La voie du chevalier, c’est agir en dépit de la peur, et laisser jaillir la joie de prendre part à un monde meilleur, où courage, et beauté prennent dignement la place.

Pratiquer la méditation c’est laisser place à l’action juste, jamais connue d’avance, jamais préconçue. C’est du sur-mesure, elle se révèle dans la fraicheur de chaque situation.

C’est un chemin plus périlleux que le confort des usages, mais c’est aussi bien plus joyeux, vivant et vivifiant. Alors un vent d’aventure souffle dans l’existence. Bienvenu l’inconnu.